La consultation

Une consultation se déroule sur une durée de 30 à 40 minutes.

Voici le déroulement type d’une séance d’ostéopathie:

L’interrogatoire
C’est une étape capitale qui consiste en un discussion avec le patient permettant :

–  d’établir un diagnostic différentiel, consistant à écarter toute pathologie que l’ostéopathe ne peut pas prendre en charge. Le patient est alors réorienté vers le corps médical.

– ou de déterminer les pathologies mécaniques entrant dans le champ d’action d’un ostéopathe, ainsi que leur tableau clinique dans le but d’établir différents diagnostics possibles.

Analyse des examens complémentaires
Pensez à ramener vos examens complémentaires: radiographies, scanners, échographies, IRM…
Vos imageries renseignent le praticien sur l’état de vos articulations et guident le traitement qui est alors mieux adapté.

L’examen physique
Les tests spécifiques réalisés pas le praticien révélateurs d’une pathologie, sont réalisés afin d’affirmer un diagnostic.

Examen visuel
Par l’intermédiaire d’un fil à plomb, votre posture est analysée.
Elle a pour but de déterminer la répartition des contraintes au sein de l’appareil locomoteur, ce qui peut donner des indications sur les articulations impliquées dans la pathologie.

Examen palpatoire
L’objectif est de reproduire la douleur qui est souvent associée à une raideur, en venant comprimer les différents tissus de la zone douloureuse décrite par le patient. Lorsque ces tests se révèlent positifs, ils suggèrent une lésion d’un tissu et/ou une perturbation de la mobilité de l’articulation.
Le diagnostic est enfin établi.

Le traitement
L’ostéopathe n’utilise généralement que ses mains et son principal outil est sa table de manipulation.
Les manipulations effectuées respectent les recommandations de bonnes pratiques établies par la Haute Autorité de Santé. Toutes les manipulations se font sans aucun mouvement de rotation/torsion (délétère pour les tissus) à grande vitesse.

Le traitement respecte la règle de la non douleur, et est adapté en fonction de chaque patient.
Cependant, il peut etre désagreable, si les muscles sont durs et contractés.
Un bruit articulaire, ou craquement, peut être parfois entendu. Il n’est pas systématique et si le patient le souhaite, il peut etre éviter.

Pour finir, un bilan reprenant des tests effectués en début de séance permet d’évaluer les bénéfices immédiats des manipulations. L’ostéopathe vous donnera certainement des conseils pour que les améliorations apportées durent dans le temps.

Pour des pathologies récentes, dites aiguës, une à deux séances supplémentaires peuvent s’avérer nécessaires.
Pour des pathologies chroniques, un suivi à plus long terme est le plus souvent souhaitable.

Dans tous les cas, il est fortement recommandé d’éviter les efforts brusques ou intenses dans les 48 heures qui suivent une séance d’ostéopathie. C’est en effet le délai moyen constaté durant lequel l’organisme se réadapte aux nouvelles conditions mécaniques, pouvant générer parfois des douleurs transitoires. L’absence de douleur ne dispense pas non plus de rester vigilant durant cette période.